Suivez-nous sur Facebook:

Mireille Darc entre la vie et la mort ? On en sait plus sur son état de santé

L’état de santé de Mireille Darc inquiète de plus en plus.


Vers la fin de l’année 2016, le magazine Ici Paris a publié un titre troublant : « Mireille Darc, entre la vie et la mort ». Selon le magazine, c’est à cause de 2 hémorragies cérébrales, une infection pulmonaire et un arrêt cardiaque. Mais, courageuse, elle s’en est sortie…

Pourtant, elle n’était pas encore totalement rétablie que depuis un mois, elle a déjà subi 3 hospitalisations. Et selon le dernier diagnostic, une septicémie compte parmi les risques.

Une septicémie ?

Malheureusement, pour la comédienne Mireille Darc, les problèmes de santé se cumulent de jour en jour. En effet, après s’être réveillée du coma où elle était plongée au mois d’octobre, elle a été introduite 3 fois de suite à l’hôpital. La dernière en date était celle du 27 avril 2017. Avec un état de santé jugé « très grave », la réalisatrice a été mise en soins intensifs.


Pourtant, ce n’est pas ce qui inquiète le plus les fans, car selon le dernier diagnostic communiqué par ses médecins, le foie et la vésicule biliaire de l’actrice de 78 ans montraient des signes de nécrose. À terme, Mireille Darc risquerait une septicémie, une infection généralisée de l’organisme d’origine bactérienne pouvant entrainer dans les cas extrêmes un choc septique. Mais, rassurez-vous, les médecins lui ont déjà opéré pour lui poser des drains.

« Je préfère sourire que de me plaindre ! »

Pour l’instant, elle va bien, malgré bien sûr son cœur encore fragile et sa convalescence lourde. Pourtant, la « Grande Sauterelle, le surnom qu’on lui a donné en référence au film du même nom, préfère sourire. De plus, lors de son interview à Paris Match, elle avoue être fière de l’amour de ses hommes : Alain Delon, son ancien compagnon et Pascal Desprez, son mari, auxquels elle doit sa survie.

Enfin, « je préfère sourire que de me plaindre » et « pour avancer, il faut avoir de l’estime de soi. J’en ai, je devrais avancer ! » concluait-elle à Paris Match.